Le diabète du sujet âgé

Plus encore qu ’à tout âge, le diabète peut passer inaperçu chez une personne âgée en raison d’une possible polypathologie qui peut masquer ou amener à relativiser certains signes de la maladie. D’autre part, le sujet âgé peut être enclin à associer certains symptômes comme la polyurie ou la polydipsie au vieillissement naturel. Il faut donc rester vigilant et ne pas négliger les bilans de contrôle, notamment lors d’une éventuelle entrée en institution, car les complications aiguës ou dégénératives sont particulièrement fâcheuses :

  • risque de coma hyperosmolaire accentué par une hydratation souvent déficiente,
  • hypoglycémies fréquentes dont les conséquences peuvent être sévères : chutes avec risque de fracture ou de traumatisme, assimilation erronée à une démence en cas de répétitions.
  • conséquences de la rétinopathie diabétique majorées par la coexistence d’autres troubles (cataracte, glaucome,…)
  • conséquences plus fréquentes et plus graves des complications podologiques.

Spécificités de la prise en charge :

  • l’alimentation : on veillera particulièrement à éviter la dénutrition et la déshydratation et à ne pas imposer des règles trop restrictives ou irréalistes compte tenu de l’ancrage des habitudes alimentaires. Le rééquilibrage en faveur des fibres alimentaires se heurtera  souvent aux intolérances digestives,
  • le recours à la metformine est plus délicat en raison du risque accrû d’acidose lactique,
  • l’insulinothérapie est une option intéressante en cas de restriction à l’usage des antidiabétiques oraux, susceptible lorsque les difficultés de son administration sont surmontées, d’apporter un véritable mieux-être.